Christianisme et vaudou

vaudou

Pour comprendre le vaudou en tant que religion, il faut connaitre son histoire.

Désormais, vous savez qu’Haïti est devenue une figure éminente du vaudouisme en raison de son héritage culturel et religieux africain (voir l’article sur l’histoire du vaudou) . En effet, l’esclavagiste du XVIe siècle dirige les Africains vers les Antilles pour les faire travailler comme esclaves dans les plantations. C’est à cette époque qu’ils apportent leur religion avec eux. 

Malgré leurs traditions majoritairement orales, le vaudouisme a su préserver ses croyances fondamentales qui ont un lien étroit avec le christianisme. Nous allons voir pourquoi.

Le point de vue du christianisme

Comprendre l’héritage africain de la culture vaudou est important pour déterminer l’approche évangélique de cette religion. Un dialogue ouvert doit commencer par la reconnaissance des valeurs religieuses et culturelles qui ne peuvent être comprises sans une étude, une analyse et un discernement approfondis.

Une culture complexe

L’église définit la culture vaudou comme complexe, comprenant des savoirs, des croyances, de l’art, et des coutumes. D’après elle, il est nécessaire de comprendre le vaudou pour proposer une réponse biblique pertinente. Ainsi, les chrétiens ne rejettent pas la culture vaudou. Par ailleurs, selon le christianisme, le vaudou doit être soigneusement étudié pour discerner les domaines de compatibilité et les différences irréconciliables. Le point de vue chrétien stipule aussi qu’il ne faut jamais avoir une vision culturelle de ce qui est biblique, mais plutôt l’inverse. D’après l’église, le vaudouisme ne devrait pas échapper à un tel examen par peur de perdre son identité culturelle.

L’échec du syncrétisme vaudou

Une grande partie de l’évaluation du vaudou par le christianisme se concentre sur le concept de syncrétisme (combinaison de religions). On base son échec sur une comparaison superficielle des rituels et de certains comportements empruntés ou transférés d’une religion à une autre. De ce fait, la différence entre les deux religions s’accentue davantage.

L’indifférence chrétienne 

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre dévastateur a causé la pire catastrophe de l’histoire haïtienne. Près de 280 000 personnes ont perdu la vie. Le lendemain, un éminent dirigeant évangélique aux États-Unis a fait une déclaration : ses paroles lient le tremblement de terre à un « pacte » que les Haïtiens auraient conclu avec le diable. Plus tard, d’autres commentaires semblables choquent la majorité et entrainent une indifférence totale parmi la plupart des chrétiens évangéliques, ce qui conduisit Haïti à de fortes perturbations.    

Un ou plusieurs dieux ?

Une base monothéiste…

Selon la littérature et comme l’affirme Max Beauvoir (célèbre chef spirituel haïtien), le vaudou est une religion qui croit en un seul Dieu : l’Être suprême (le Gran Met). Mais le christianisme ne semble pas être d’accord avec ce monothéisme apparent. En effet, les Loas (les nombreuses divinités vaudou) servent d’intermédiaires entre les humains et cet Être suprême, ce qui laisse à penser que le vaudou est plus polythéiste qu’il n’y paraît. 

Les dieux vaudou

Pour tout dire, les divinités vaudou se substituent régulièrement au Gran Met. On les vénère à sa place, contrairement aux anges. 

Il faut savoir que la foi chrétienne interdit l’adoration de tout autre dieu, comme indiqué dans le tout premier commandement « tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face ». Cette interdiction d’adoration multiple s’applique également aux anges et aux humains décédés. 

Ainsi, l’idée de divinités mineures comme intermédiaires est incompatible avec le christianisme. De ce fait, le Gran Met n’est donc pas un Dieu similaire à celui de la Bible.

… mais une religion polythéiste

On ne peut contester les similitudes entre le vaudou et la religion traditionnelle africaine. En fait, il s’agit bien de la même religion avec des variations influencées par le syncrétisme, la créativité et d’autres expériences aussi diverses que nombreuses. Les doctrines fondamentales correspondent à la croyance en un Être suprême et en l’adoration d’autres divinités secondaires. Ainsi, dans le vaudouisme, plusieurs dieux sont capables d’agir dans de nombreux domaines. Par exemple, le dieu Loco guérit grâce à des remèdes naturels, notamment pour combattre les symptômes liés à la sorcellerie. Une analyse minutieuse conduit à la conclusion que le vaudou est une religion polythéisme.

Les pratiques vaudou non codifiées

L’une des difficultés dans la définition des croyances vaudou tient à l’absence de textes. L’inexistence d’une source standard d’autorité qui expliquerait ses doctrines accroît le problème. En effet, les croyances et pratiques du vaudou passent d’une génération à l’autre par la tradition orale. En l’absence d’autorité normative, le relativisme s’incarne à la fois dans les croyances et dans les pratiques vaudou. 

max Beauvoir

Jusqu’à la publication de « La Priyè Ginen » et « Recueil de Chants Sacrés » de Max Beauvoir, aucun texte ne pouvait être évalué pour déterminer l’autorité fondamentale derrière les croyances et les pratiques du vaudou. 

De plus, la manière d’adorer dans le vaudouisme implique l’utilisation de symboles divins. De telles pratiques violent la foi biblique, qui stipule qu’aucune représentation de Dieu ne doit être faite comme moyen d’adoration.

Pour les chrétiens, le caractère de Dieu tel que révélé dans la Bible est la base de la moralité. Les commandements et les enseignements des Écritures fournissent une morale claire. Cependant, dans le vaudouisme, l’absence de norme de doctrine écrite pourrait laisser croire à une absence de normes éthique.

Les différences

Comme nous l’avons vu, il existe des différences fondamentales entre le vaudou et le christianisme qui les rendent inconciliables. La croyance chrétienne en un seul Dieu digne d’adoration est contraire au concept vaudou du Gran Met. On adore ce dernier à travers un panthéon de divinités mineures qui inclut l’esprit des parents décédés. La croyance intègre également l’adulation des dieux de l’Afrique et des Loas d’Haïti. De plus, les pratiques de nécromancie et de divination sont interdites dans le christianisme.

 

Les similitudes

Mais il existe, que nous le voulions ou non, une certaine forme de relation entre les deux religions. Le vaudou emprunte de nombreux éléments et principes au catholicisme. Cela permet d’afficher une certaine connivence entre les deux religions.

Par ailleurs, le vaudou et le christianisme partagent divers dates, fêtes, événements et personnages. De plus, fait très important, beaucoup de chrétiens catholiques sont devenus vodouisants (adeptes du vaudouisme) et beaucoup de vodouisants sont catholiques. Ce phénomène humain de croyance partagée devrait à lui seul réconcilier les deux religions. 

En conclusion, nous pouvons parler de croyance double permettant de raccorder avec un fil invisible christianisme et vaudouisme.

Pin It on Pinterest

Share This